Actualités


COMMUNIQUE DE PRESSE

Vague de chaleur en France :

des mesures s’imposent aux chefs d’entreprise

 

Afin de limiter les accidents du travail liés aux risques créés par les fortes chaleurs, des mesures simples de prévention visant à assurer la sécurité et à protéger la santé des travailleurs, s’imposent à l’employeur. Ce dernier doit en effet prendre en considération les ambiances thermiques, dont le risque de forte chaleur, dans le document unique d’évaluation des risques et doit mettre en oeuvre un plan d’action prévoyant des mesures correctives (article R 4121-1 du code du travail). 

 

En cas d’alerte canicule, quelques mesures s’imposent comme : 

 

Vérifier que les adaptations techniques permettant de limiter les effets de la chaleur ont été mises en place : 

  • Vérifier que des sources d’eau potable fraîche sont effectivement mises à la disposition des salariés à proximité des postes de travail, en quantité et en qualité suffisante. 
  • Vérifier que la ventilation des locaux de travail est correcte et conforme à la réglementation. 
  • Favoriser l’utilisation d’aides mécaniques à la manutention. 
  • Prévoir des pauses régulières et, si nécessaire, veiller à aménager les horaires de travail. 
  • Surveiller la température ambiante. 
  • Informer tous les travailleurs potentiellement exposés des risques, des moyens de prévention, des signes et symptômes du coup de chaleur. 
  • Informer les CHSCT et les institutions représentatives du personnel des recommandations à mettre en oeuvre en cas d’exposition aux fortes chaleurs. 

 

A noter également que certains facteurs augmentent le risque lié au travail : 

  • Travail dans des bureaux et espaces installés dans des bâtiments à forte inertie thermique. 
  • Travail physique exigeant : manutentions lourdes et/ou très rapides. 
  • Pauses de récupération insuffisantes. 
  • Exposition directe au soleil pendant les heures les plus chaudes. 
  • Port de vêtements de travail empêchant l’évaporation de la sueur. 
  • Chaleur dégagée par les machines, les produits et les procédés de travail. 
  • Facteurs liés à certains types de travaux (ex : pour les couvreurs risque d’augmentation de la chaleur due aux surfaces réfléchissantes) 
  • Utilisation de produits chimiques : solvants, peintures, etc 

 

Les signes d’alerte et principaux symptômes

 

Si, lors de fortes chaleurs, un travailleur présente l’un des symptômes suivants : 

  • grande faiblesse, 
  • grande fatigue, 
  • étourdissements, vertiges, troubles de la conscience, 
  • nausées, vomissements, 
  • crampes musculaires, 
  • température corporelle élevée, 
  • soif et maux de tête. 

 

Source : DIRECCTE CENTRE-VAL DE LOIRE



COMMUNIQUE DE PRESSE

Recrudescence des cas de rougeole

La vaccination est la meilleure protection

 

Depuis le 1er novembre 2017, 387 cas de rougeole ayant entraîné 1 décès et 83 hospitalisations, dont 6 en services de réanimation, ont été déclarés en France. En effet, plusieurs foyers épidémiques ont été identifiés sur l’ensemble du territoire, principalement en Nouvelle-Aquitaine, chez des personnes non immunisées contre cette maladie. Afin de limiter le risque de propagation de l’épidémie, la Direction générale de la Santé et Santé publique France rappellent que la vaccination est le moyen le plus efficace de se protéger contre la rougeole. 

 

La rougeole est une maladie infectieuse très contagieuse. Une personne contaminée peut infecter 15 à 20 personnes en cas de couverture vaccinale insuffisante dans l’entourage. Or, cette maladie peut présenter des formes sévères (insuffisance respiratoire, complications neurologiques parfois irréversibles) nécessitant une hospitalisation et pouvant conduire au décès du patient dans les cas les plus graves. Entre 2008 et 2017, 33 cas d’encéphalite et 20 décès suite à une rougeole ont été recensés en France par Santé publique France. 

 

Lorsqu’un foyer épidémique de rougeole est identifié, les investigations épidémiologiques mettent en évidence une absence de vaccination, ou une vaccination incomplète, chez la grande majorité des personnes infectées.

 

Tous les enfants et jeunes adultes devraient être vaccinés contre la rougeole. C’est une vaccination très efficace qui protège de la maladie dans près de 100% des cas après 2 doses de vaccin. C’est pourquoi, depuis le 1er janvier 2018, la vaccination contre la rougeole fait partie des 11 vaccinations obligatoires chez les enfants. 

 

 La Direction générale de la Santé invite toutes les personnes non vaccinées ou qui auraient des doutes concernant leur statut vaccinal à consulter dès à présent leur médecin traitant pour une éventuelle mise à jour de leurs vaccinations.

 

En milieu de soins, les professionnels de santé dont les antécédents de vaccination ou de rougeole sont incertains, sont également invités à mettre à jour leur vaccination pour éviter la propagation de cette maladie et protéger les patients les plus fragiles. 

 

 Source : ARS Centre-Val de Loire

 



LOI TRAVAIL : QUELLES ÉVOLUTIONS EN MATIÈRE DE SANTÉ AU TRAVAIL ?

La Loi El Khomri, adoptée le 8 août dernier, modifie le suivi médical individuel du salarié, le régime de l’inaptitude, la contestation des avis médicaux.

 

Ce sont de vrais changements qui sont envisagés et qui seront applicables lors de la publication des décrets d’application.

  • La visite d’embauche devient une visite d’information et de prévention réalisée par un professionnel de santé : médecin du travail, collaborateur médecin, infirmier du travail.
  • Modification des modalités et de la périodicité du suivi médical du salarié en fonction du type de poste, de l’âge et des risques professionnels auxquels celui-ci est exposés.
  • Réforme du régime de l’inaptitude et de la contestation des avis médicaux.

Dès publication de ces décrets, nous ne manquerons pas de vous présenter plus en détail ces évolutions.



OBLIGATION POUR LES EMPLOYEURS

OBLIGATION pour les employeurs de fournir au Médecin du Travail une évaluation des risques professionnels et des facteurs de pénibilité pour chacun de ses salariés. (Articles L.4121-3, L. 4121-3-1, D.4622-22).

 

Afin de vous aider dans cette tâche, un document nommé FICHE D’INFORMATION SUR LES EXPOSITIONS AUX RISQUES PROFESSIONNELS NECESSAIRE AU SUIVI MEDICAL ou INFIRMIER est à votre disposition au niveau du portail adhérent dans la rubrique DOCUMENTATION – Thème PREVENTION.

 

A terme, l’avis d’aptitude ne pourra être donné par le Médecin du Travail qu’au vu de cette fiche au préalablement renseignée. Nous vous demandons de remplir cette fiche pour tout salarié au préalable de sa visite avec l’un de nos médecins.


REFORME DE LA MEDECINE DU TRAVAIL

  • Surveillance Médicale Renforcée,
  • Périodicité des visites,
  • Entretiens infirmiers,
  • Visites d’embauche,
  • Visites de préreprise et de reprise,
  • Inaptitude,
  • Fiche d’entreprise…